logo vichy-guide
fond menu
titre Vichy-Guide

SOURCES de VICHY et des environs

Plus de 250 sources du Bassin de Vichy, ont reçu une autorisation d'exploitation, ont fait l'objet d'un forage et d'un captage et furent peu ou prou exploitées… Ce chiffre considérable s'explique par la prodigalité du terrain et par la fièvre de l'eau qui s'empara, de la fin du XIXème siècle au début du XXème d'un certain nombre de familles possèdant des terrains bien placés ou d'investisseurs prêts à en acheter, alors que la ville connaissait une illustre fréquentation et, donc, une grande prosperité. Toute source nouvelle est baptisée et le choix de ce nom témoigne de la prééminence de la superstition (mot fétiche), de l'esprit de famille (nom ou prénom) ou de valeurs traditionnelles ou en vogue.

La plupart d'entre elles ont cessé d'être exploitées et ont été obturées. Parfois subsiste le petit bâtiment, qui couvrait le captage… et des documents chez les collectionneurs.

Certaines eaux se prêtent à un usage exclusivement curatif, telles les sources du Dôme et du Lys à Abrest, jaillissant à 60° C et réservées à la maturation des boues utilisées en application externe dans les soins thermaux; ou les 6 sources de Vichy, riches en composants naturels bénéfiques (utilisés pour la fabrication des pastilles) et permettant la cure par boisson… D'ailleurs, leur composition leur donne un goût qui en rend la consommation plus ou moins pénible, la nature est bien faite… De ces 6, la plupart sont inconnues du grand public, mais les curistes qui ont dû les ingurgiter par doses centilitrées à horaires fixes pendant trois semaines n'oublient pas leur nom !

D'autres, plus légères, se prêtent à une consommation habituelle et ont d'ailleurs pu faire depuis longtemps l'objet d'une mise en bouteille et d'une vente en magasins qui, publicité aidant, les a rendues populaires, sinon célèbres.
Ainsi certaines eaux jaillissant à Cusset, dont la source Regina, furent embouteillées et diffusées jusqu'à la fin des années '80, pour une petite production. Toutefois, concurrence oblige, il n'y a plus aujourd'hui que l'eau Vichy-Célestins, légère et rafraichissante, qui soit présente à la vente, et l'eau de Saint-Yorre, réputée et bien vendue, laquelle toutefois n'est pas une eau "de Vichy" -malgré la faible distance qui sépare les 2 cités- mais, comme l'admet la jurisprudence, une "eau du Bassin de Vichy".


De toutes les sources du Bassin de Vichy, 12 seulement jaillissent sur le territoire de la ville de Vichy et offrent donc effectivement de l' "Eau de Vichy" :

Il n'en est plus que 6 actuellement exploitées :

  • Célestins
  • Chomel
  • Grande Grille
  • Hôpital
  • Lucas
  • Parc

3 autres sont inexploitées :

  • Etoile
  • Généreuse
  • Larbaud

Des 3 dernières, le captage est obturé ou perdu :

  • Dubois
  • Lardy
  • Prunelle

L'Etat ayant réussi à acheter toutes les sources de Vichy qui ne lui appartenaient pas, y a retrouvé une position de monopole de propriété (d'où le nom de Vichy-Etat, aujourd'hui moins utilisé), dont depuis 1853 il confie l'exploitation -contrôlée- à la Compagnie Fermière de l'Etablissement Thermal de Vichy (couramment : C.F.V.) qui gère cette concession sous tous ses aspects (gestion des sources, terrains, parcs et bâtiments affèrants, de l'activité thermale et de l'embouteillage de l'eau) jusqu'à l'an 2030, et plus si renouvellement.

Buvettes et captages : Des lieux à l'aspect très varié :

Visualisez notre série de photographies pour vous faire une idée des différences d'aménagement de ces différents lieux.


separateur2
marquage de sentier de Grande Randonné Randonner
dans la
région...






Google